— Successeur des Chanteau, dans le commerce des bois du Nord, à Caen. A fait l’achat du fonds pour cent mille francs, dont il n’a versé que la moitié. Chanteau laisse cinquante mille francs pour devenir associé et partager les bénéfices [22]. Homme d’une intelligence hardie, Davoine a inspiré confiance à madame Chanteau, mais les affaires vont mal, il tente des spéculations malheureuses, les hausses attendues sur les sapins ne se produisent pas, les inventaires deviennent chaque année plus désastreux. Finalement, il tombe en faillite et les Chanteau sauvent péniblement de la débâcle une douzaine de mille francs [98]. (La Joie de vivre.)