— Charcutier à Plassans, enrôlé dans les troupes de l’ordre pour délivrer la mairie. Plein d’une émotion poltronne et dans sa hâte aveugle d’en finir, il décharge son arme en l’air [289]. Trois jours après, victime de ses propres amis, il est tué dans le guet-apens organisé par Pierre Rougon contre les républicains [351]. (La Fortune des Rougon.)