Mademoiselle Josse

— tient une petite pension de jeunes enfants rue Polonceau. Anna Coupeau est son élève et se rend si intolérable que, deux fois, mademoiselle Josse la met à la porte, puis la reprend pour ne pas perdre les six francs mensuels [195]. (L’Assommoir.)

Nana, devenue femme galante, échange ses souvenirs sur la mère Josse avec Satin, ancienne élève comme elle du pensionnat de la rue Polonceau [364]. (Nana.)__