Marchand d’huile à Plassans, sous la raison sociale Puech et Lacamp. La maison presque en faillite 1831 est relevée par le mariage de Félicité Puech avec Pierre Rougon. Lacamp reste encore associé pendant cinq ans et, après quelques spéculations heureuses, il se retire en même temps que Puech, contents tous deux des quelques sous qu’ils viennent de -gagner, mordus par l’ambition de mourir rentiers [68]. (La Fortune des Rougon.)