Frère de madame Mélanie Correur. Notaire à Coulonges, dans les Deux-Sèvres, où les Martineau sont notaires de père en fils, depuis sept générations [58]. C’est un grand vieillard de soixante-trois ans, à la figure froide, à l’air grave, aux yeux énergiques. Sa sœur Mélanie, qui s’était enfuie jadis avec un garçon boucher et qu’il n’a pas consenti à revoir, imagine, pour hériter plus vite, de le dénoncer au ministre Rougon comme républicain dangereux [307]. On l’arrête en vertu de la loi, de Sûreté générale, Gilquin est chargé de l’opération et l’accomplit avec une telle brutalité que Martineau, déjà frappé d’une attaque de paralysie, agonise en route, est refusé par le directeur de la prison et va mourir le soir même dans un hôtel de Niort, en face des fenêtres de la préfecture, où la bande Rougon donne une soirée magnifique [337]. (Son Excellence Eugène Rougon.)