— Jeune femme de chambre de Renée Saccard. Séduite par Maxime et devenue enceinte, elle accouche en 1857 d’un fils, Charles Rougon, obtient une petite rente de douze cents francs et est renvoyée dans son pays avec l’enfant [119]. (La Curée.)

A l’époque de la séduction, c’était une fillette blonde de dix-sept ans, docile et douée. Originaire des environs de Plassans et installée dans cette ville, elle a épousé, trois ans plus tard, un bourrelier du faubourg, Anselme Thomas. Devenue d’une conduite exemplaire, engraissée, guérie d’une toux qui avait fait craindre une hérédité fâcheuse, due à toute une ascendance alcoolique, Justine a deux nouveaux enfants qui grandissent admirablement, tandis que le fils de Maxime Saccard, le petit Charles, est atteint de dégénérescence [62]. (Le Docteur Pascal.)

(l) Justine Mégot, tenante chlorotique, fille d’alcooliques, maîtresse de Maxime Rougon, dit Saccard. (Arbre généalogique des Rougon-Macquart.)