Vieille servante des Mouret, à Plassans. Rougon et dévote, elle admire l’abbé Faujas et applaudit à l’évolution de Marthe, livrée à des pratiques religieuses qui lui feront peu à peu déserter le logis. Rose devient maîtresse de la maison [144], s’entend à merveille avec la mère de l’abbé, puis avec Olympe Faujas et, de libre allure, elle morigène François Mouret [ 184], allant bientôt jusqu’à le bousculer et contribuant pour une bonne part à la déchéance mentale de ce malheureux. (La Conquête de Plassans.)