Ancien bonnetier parisien, retiré à Plassans, riche propriétaire, fait partie du groupe réactionnaire qui se réunit chez les Rougon [93]. Visage grassouillet et insinuant. Roudier, autrefois garde national a Paris et fournisseur de la cour, possesseur d’une belle fortune, a beaucoup de prestige parmi les bourgeois de Plassans. A l’heure du coup d’État, il sauve l’ordre en compagnie de Pierre Rougon et de Granoux. Son passé lui vaut alors le commandement de la garde nationale réorganisée [286], poste d’honneur où Rougon le laissera à l’écart, voulant accaparer toute la gloire du massacre, se méfiant aussi de l’humanité de ce bourgeois parisien égaré en province [343]. (La Fortune des Rougon.)