Virginie , La Grande

— sœur de la brunisseuse Adèle. Ouvrière faisant la noce. C’est une grande brune, jolie malgré sa figure un peu longue [23]. Lorsque Lantier, devenu l’amant d’Adèle, abandonne Gervaise, Virginie vient narguer celle-ci au lavoir, se bat avec elle et est vigoureusement fessée devant toutes les blanchisseuses [35]. Elle quitte le quartier et n’y revient qu’après plusieurs années, mariée à Poisson qu’elle a connu au Gros-Caillou et avec qui elle s’installe rue Neuve de la Goutte-d’Or, dans la maison des Goujet [225]. Les querelles d’autrefois semblent oubliées, Virginie pousse Lantier dans les bras de Gervaise [304] et assiste avec une joie silencieuse à la ruine des Coupeau; elle reprend leur boutique pour y monter un petit commerce de bonbons et chocolats [403] et fait dès lors la dame de comptoir, trompant Poisson avec Lantier, se vengeant cruellement de Gervaise qui, réduite à la misère, vient faire les grosses besognes dans son ancienne boutique, sous les yeux des deux amants [481]. Le petit commerce finit d’ailleurs par mal tourner et, quand le papier timbré fait son apparition, Virginie est lâchée à son tour par Lantier.(L’Assommoir.)