— Père de Félicité Puech. Marchand d’huile à Plassans, principal associé de la maison Puech et Lacamp, située dans une des ruelles les plus noires du vieux quartier. Cette maison est à la veille de sombrer, lorsque Pierre Rougon demande la main de Félicité, apportant avec lui cinquante mille francs qui rétabliront rapidement un crédit fort ébranlé [65]. Puech, heureux d’être sauvé de la faillite, donne sa fille, reste encore cinq ans dans l’affaire, passe la main à Rougon, et se retire en même temps que Lacamp, satisfaits tous deux d’avoir amassé quelques rentes [68]. Puech possède à ce moment une quarantaine de mille francs qu’il met égoïstement en viager pour mieux dorloter ses vieux jours; il meurt vers 1845, ne laissant pas un sou à Félicité consternée [69]. (La Fortune des Rougon.)